Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

L'étoile des trottoirs

L'étoile des trottoirs

 

Photo Yvan Bernaer

 

Les stars ne sont pas celles qu'on croit !

J'en connais une qui pousse sur les trottoirs de la ville, et qui scintille dans les mirettes des passants inconscients : la petite Stellaria media (Linné) Villars, dite encore mouron-des-oiseaux.
Il fait un brin de soleil... elle me sourit... et me voilà à chantonner « Etoile des neiges » ... cette chanson éternelle... que chantait la « Reine des Cloches » sous le pont d'Austerlitz à Paris (souvenir du plus beau Noël de mon adolescence !).

« Etoile des neiges... mon coeur amoureux... »

Clochardes et clochards distillaient quelque poésie, à l'époque, et la « cloche » était un de ces beaux mots qui nous faisaient rêver de liberté.

Mais notre petite fleur-étoile, n'est-ce point aussi cette magnifique passerelle entre la terre et le ciel ? (les champignons sont de la terre, les papillons et les oiseaux du ciel, et les fleurs un peu des deux !)

Sept stellaires croissent dans le département de l'Indre. Deux d'entre elles ressemblent beaucoup à notre star des trottoirs : la stellaire négligée1, plus grande et richement staminée, et la stellaire pâle2, plus petite et jaunâtre (car dépourvue de pétales). Quant aux stellaires des marais3 et des sources4, elles hantent les marécages et les suintements... pendant que la stellaire holostée5 pulvine les talus (en ce moment !) et que la stellaire graminéenne6 attend encore une semaine ou deux pour tisser ses délicates toiles d'araignée.

 

Notes :

1 – Stellaria neglecta Weihe : plus grande dans toutes ses parties, 10 étamines. Lieux ombragés et humides.

2 – Stellaria pallida (Dumortier) Piré : plus grêle, pétales absents ou très petits. Sols sablonneux, secs.

3 – Stellaria palustris Retzius : même allure que Stellaria holostea, mais plus petite. Bractées scarieuses, non ciliées. Rare, localisée, à retrouver dans l'Indre.

4 – Stellaria alsine Grimm : allure générale de Stellaria media, mais feuilles ovales-lancéolées. Bractées scarieuses. Lieux humides, suintements, sources.

5 – Stellaria holostea Linné : grandes fleurs, feuilles sessiles, lancéolées, acuminées. Bractées herbacées. Forme des « coussinets blancs » dans les haies au printemps.

6 – Stellaria graminea Linné : très fine, très délicate. Bractées scarieuses, ciliées. Lieux frais, haies.

 

Chronique NR du 8 mai 2008



09/05/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres