Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

L'Hydne hérisson

L'Hydne hérisson

Photo Yvan Bernaer

 

Quand on connaît le rôle qu'ont joué les militaires dans la science mycologique, on ne s'étonnera guère qu'au moins deux champignons fassent appel à l'uniforme, et ce sous la houlette fort pittoresque des épaulettes.

Un phellin (Phellinus pini), arborant ostensiblement cet aspect, fixé haut sur le fût des pins maritimes, s'appelle Épaulette de gendarme dans les Landes (mais il est presque plus fréquent en Brenne). Notre singulier champignon, quant à lui, évoqua derechef à Lucien Quélet une grosse épaulette d'uniforme militaire, garnie de franges pendantes.

Il serait cependant réducteur de s'en tenir à cette métaphore. Le nom du champignon lui-même : Hericium erinaceus (Bulliard : Fries) Persoon, nous renvoie à une sorte de gros hérisson albinos à aiguillons mous. Plus étonnant encore cette allusion à une chevelure en tête de méduse – qui valut un temps à notre Hériciacée le nom d'Hericium caput-medusae.

Pour parfaire ce voyage insolite au pays des mots, notons que l'Hydne hérisson, qui n'est pas frileux pour un sou, se plaît sur les troncs languissants et gélifs (fendus par le gel ou exposés aux gelées) et sur les chandelles (troncs morts restés debout). Celui de la photo décore l'épaule d'un vieux chêne de bouchure vellois, lui donne fière allure dans les frimas d'un hiver précoce.


 

Chronique Echo du Berry du 6 janvier 2011



11/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres