Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

L'hygrophore perroquet

L'hygrophore perroquet

 

Photo Yvan Bernaer

La mycologie fait rarement appel aux oiseaux... et pour cause : les rêveries fungiques ne sont pas celles de l'air et des oiseaux, mais celles de l'eau et de la terre.
Il est cependant quelques représentants de l'avifaune qui entrent dans le lexique mycologique pour désigner des couleurs, tels le pigeon (Pleurotus columbinus, Russula palumbina... ainsi que la couleur « gorge-de-pigeon »), la colombe (Tricholoma columbetta), le cygne (Rhodophyllus olorinus), la pintade (Psalliota meleagris...), le corbeau (Rhodophyllus corvinus), la pie (Coprinus picaceus), le canard (Russula anatina)... et notre hygrophore perroquet : Hygrocybe psittacina (Schaeffer : Fries) Kummer.
Notons que le mot latin « psittacus », issu du grec « psittakos » : perroquet, fut réinvesti en psychologie sous le terme de « psittacisme » pour désigner la « répétition automatique de mots et phrases entendus » (normale chez l'enfant, pathologique chez l'adulte)... et que le sens courant s'en empara à son tour pour briller d'un mot savant dans les conversations : « Vous êtes atteint de psittacisme... » ... pour... « Vous répétez comme un perroquet... » .
Le mot « perroquet », quant à lui, dérive du nom « Perrot », diminutif affectueux de Pierre.
L'hygrophore perroquet doit son nom à sa couleur spectaculaire, d'un vert olive vif et luisant. Il peut cependant être rouge, jaune, orangé saumoné, bleuâtre, gris-violet, ou bariolé de toutes ces couleurs. Mais alors... ce n'est plus un perroquet. C'est un caméléon... un caméléon... un caméléon...

Chronique du 20 novembre 2008



22/11/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres