Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

L'hypholome enfumé

L'hypholome enfumé

 

Photo Yvan Bernaer

Les noms vernaculaires de champignons sont de bouillonnants témoins de l'imagination populaire. Mais n'en sont dotés que ceux qui présentent un intérêt direct pour l'homme : les comestibles et les toxiques. Les critères esthétiques n'entrent pas en ligne de compte, pour le moins à l'état pur. Mais rien ne nous empêche d'inverser cette tendance, en considérant les champignons comme des paysages et en les investissant du pouvoir de nous émouvoir, de nous procurer des enthousiasmes esthétiques, aussi impérieux et vitaux que la faim et la peur.
Ainsi notre hypholome à lames enfumées – judicieusement baptisé Hypholoma capnoides (Fries : Fries) Kummer de son nom scientifique (du grec « capnos » : fumée) – mériterait franchement de s'appeler « le ramoneur », eu égard à la jolie bouille noire de nos petits ramoneurs.
La fumée est abondamment convoquée chez d'autres champignons, tels Clavaria fumosa, Tricholoma fumosum, Lyophyllum infumatum et capniocephalum, ou encore Lactarius lignyotus ( du grec « lignus » : fumée épaisse)... ainsi que par l'adjectif « fuligineux » : couleur de suie, de fumée de houille.
L'hypholome enfumé croît sur les souches et racines de conifères. Outre cet habitat particulier, il se démarque de nos deux hypholomes les plus fréquents (fasciculare et sublateritium) par sa chair non amère et ses lames grises sans nuance jaune ni verte.






Chronique du 13 novembre 2008



16/11/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres