Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

La Luzule champêtre

La Luzule champêtre

Photo Yvan Bernaer

 

Le joli mot de luzule a la même origine latine (lux, lucis) que les non moins chantantes lexies que sont luciole, lucilie (notre mouche verte), lucide, Lucie, Lucifer ou luciférine : substance de luminescence chez les lucioles et les lampyres. Et ce n'est pas surfait, car dès le mois d'avril, la Luzule champêtre luit d'une phosphorescence rouge qui rougeoie les prés qu'elle parsème.

Botaniquement parlant, les luzules font partie des Joncacées et les botanistes ont coutume de les appeler des "joncs poilus", ce qui est une aberration sensuelle. En effet, contrairement à la plupart des joncs affligés d'une raideur toute masculine, elles dévoilent une grâce souple et oscillante, et les longs poils ténus qui argentent leurs feuilles évoquent un fin duvet qui court sur les bras d'une femme.

Cinq luzules prospèrent en Berry. Deux couples de jumelles : la Luzule pileuse1 et la Luzule de Forster2 d'une part, à fleurs solitaires portées par des pédicelles ; la Luzule multiflore3 et notre Luzule champêtre4 : Luzula campestris (Linné) de Candolle d'autre part, garnies de fleurs sessiles agglomérées ; au milieu, s'élève la grande Luzule des bois5 qui dodeline de ses larges et lâches inflorescences... même en l'absence du moindre souffle de l'air.
Toutes sont d'exquise compagnie.



1    Luzula pilosa : feuilles de 4 à 10 mm de largeur, inflorescence réfractée vers la tige après la floraison.

2    Luzula forsteri : feuilles plus étroites (2 à 3 mm de largeur), inflorescence restant dressée. Luzula pilosa et Luzula forsteri se plaisent dans les forêts à humus légèrement acide.

3    Luzula multiflora : pas de stolons, inflorescence à épis nombreux qui demeurent dressés à maturité.

4    Luzula campestris : présence de stolons, inflorescence penchée à maturité. Luzula multiflora et Luzula campestris croissent dans des clairières et prairies maigres acides.

5    Luzula sylvatica : grande luzule, qui peut atteindre 1 mètre de hauteur ; feuilles basales jusqu'à 3 cm de largeur ; inflorescence à rameaux très inégaux, fleurs en glomérules ; forêts acides.



18/04/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres