Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

La Russule pourpre et noire

Russula atropurpurea (1) blog.jpg

Photo Yvan Bernaer

 

Chez les russules, les panachages de teintes sont si fréquents et si désopilants que lorsque d'aventure un mycologue perçoit ou croit percevoir un contraste de couleurs, il saute sur l'occasion et s'en empare pour la nomination. C'est ainsi que naquit Russula atropurpurea (Krombholz) Britzelmayr.
Mais les choses ne sont pas aussi simples que cela : de quel pourpre et de quel noir s'agit-il ?

Le pourpre des mycologues est en principe un rouge qui tire sur le violet, mais il peut aussi être un rouge vineux mêlé de violacé et de brun ; et le noir est censé être un noir mat (du latin ater), alors que celui de notre russule s'avère plutôt brillant.

Et pour comble de facéties, la Russule pourpre et noire affiche une propension pour la polychromie, tant et si bien qu'une pléiade de sous-espèces et variétés furent créées, lesquelles sont aujourd'hui plus ou moins obsolètes.

Comment alors reconnaître notre commune Russule pourpre et noire ? Eh bien par son chapeau généralement pourpre, touché de violacé, de vineux ou de brunâtre, à centre noir et semé de macules de décoloration roussâtres, par ses lames blanchâtres à sporée blanc pur, par son pied blanc taché de jaune ochracé à la base, grisonnant fortement par imbibition, et enfin par sa saveur modérément amère*.

La Russule pourpre et noire se rencontre dans les bois de feuillus et de conifères du Berry. Elle montre cependant une prédilection pour les chênaies fraîches et humides, les allées herbeuses ou boueuses.

 

(27 novembre 2014)

 

*   Marcel Bon dit qu'elle est la plus douce des âcres.



29/11/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres