Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

La Russule presque fétide


Photos Yvan Bernaer


Paysage ocre miel, brillant et imbibé de roux, rayonnant de cannelures qui font de chaque chapeau une œuvre d'art gravée.

On les dit Ingrates, ces russules et voisines, à chapeau jaune ou brun ochracé, grisâtre ou brun bistre, et ce en raison de leur âcreté générale. Âcreté à laquelle s'ajoutent éventuellement des relents fétides et nauséeux, des allures fangeuses, jaunâtres, brunâtres, grisâtres, visqueuses puis ressuyées, aux cannelures qui s'affaissent, se lacèrent et confèrent à ces russules un aspect sordide et délabré dans la vétusté.

Certes nous sommes loin des joyeuses et légères læti, rouges ou jaunes (souvent affreusement âcres elles aussi), mais n'oublions pas que le sordide, comme le glauque ou le déguenillé, est une manière de beauté en mycologie, qui creuse au plus profond de la matière.

La Russule presque fétide : Russula subfœtens Smith est une sorte de sosie en réduction de la Russule fétide. Elle est moins fréquente, moins grosse, et présente les caractères atténués de cette dernière : elle est moins visqueuse, moins piquante et sans arrière-saveur nauséeuse, moins fétide. En revanche, elle se montre un peu jaunissante à la coupe et surtout devient jaune vif sur le pied et la chair à la goutte de potasse (ce qui permet de la différencier immédiatement de la Russule fétide).

La Russule presque fétide* aime les étés chauds et pluvieux. Elle est comme un poisson dans l'eau cette année !


(4 septembre 2014)


*   Elle a fleuri sous des chênes pédonculés, à Velles, à proximité de la Russule rouge et blanche.






08/09/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres