Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

La verpe en dé a coudre

La verpe en dé à coudre

 

 Photo Yvan Bernaer

 

Trois champignons portent le nom de « pénis » : le Phallus impudicus, le Mutinus caninus ou satyre des chiens, et la verpe (du latin « verpa » : membre viril)... laquelle ne demandait rien, sinon de pousser tranquillement, de-ci de-là, dans les coins à morilles.

Mais on ne choisit pas son nom. En revanche, rien n'empêche d'affirmer sa personnalité et notre verpe : Verpa conica (Müller : Fries) Swartz, ne concéda guère sa part d'anima : elle maintint la féminité de son nom et arbora ostensiblement son chapeau en dé à coudre – objet incontestablement plus féminin que masculin... même encore de nos jours !

Ainsi notre verpe est-elle un de ces êtres androgynes, au même titre que l'amanite phalloïde, l'asphodèle ou les orchidées.
Une autre verpe porte un nom qui à lui seul est un voyage : la verpe de Bohême. Elle montre un chapeau plissé-alvéolé, parfois gros comme un poing, des spores énormes (les plus grandes que l'on connaisse !), et croît volontiers en montagne. Mais Paul Dumée, dès 1912, la signale en forêt de Fontainebleau. Il ne serait donc pas impossible de la rencontrer un jour dans l'Indre !

Les verpes, on ne les trouve guère en cherchant (dixit Georges Becker)... on tombe dessus par hasard... sur un beau coup de dé !

 

Note : Notre verpe (Verpa conica ou Verpa digitaliformis Persoon : Fries) est comestible cuite, comme les morilles, mais peu charnue et sans saveur. Par ailleurs, elle est rare. Plutôt que de la mettre dans son panier... il est donc préférable de l'admirer !

 

Chronique NR du 24 avril 2008



08/05/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres