Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

Le Brome dressé

Le Brome dressé


 Photo Yvan Bernaer

Il est rare qu'une grande graminée soit dressée1 (la plupart d'entre elles penchent sous le poids de leurs épillets). Le Brome dressé doit sa belle prestance à son chaume et à ses pédoncules rigides, à son inflorescence pyramidale garnie d'épillets sveltes et légers. (Les graminées sont des fleurs à part entière, mais elles n'ont ni pétales ni sépales ; chez elles, l'élément de base est l'épillet, constitué d'une ou plusieurs fleurs, protégées par de petites écailles : les glumes et les glumelles.)

Les bromes tiennent leur nom d'une avoine sauvage (bromos), qui elle-même l'emprunta au grec bromô : gronder ; celle-ci devait pousser sur les toits et être investie du pouvoir de les protéger contre l'orage.

Les bromes pourraient assez facilement être confondus avec des fétuques, des avoines et autres graminées à panicule ouverte, mais ils s'en démarquent, entre autres, par leur arête insérée dans l'échancrure de la glumelle inférieure ou un peu en dessous, caractère observable à la loupe.

Le Brome dressé : Bromus erectus2 Hudson, rougeoie et enorgueillit les bords de routes secs et calcaires du Berry. Nous pouvons nous flatter d'entretenir avec lui quelque connivence... par l'intermédiaire de l'un de nos plus anciens ancêtres bipèdes : Homo erectus.



1    Bromus erectus n'est dressé que dans la fleur dans l'âge ; dans la maturité, il finit par ployer sous le poids de ses grains. On peut cependant considérer qu'il est aux antipodes du Brome mou qui, lui, penche dès le jeune âge.

2    Brome polymorphe, grand ou petit, mais facilement reconnaissable à contre-jour par ses feuilles ciliées en arête de poisson.



06/06/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres