Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

Le carex faux-souchet

Le carex faux-souchet

 

Photo Yvan Bernaer

 

Il n'est pas une attirance profonde, un élan esthétique irrépressible... qui ne soient ancrés dans des rêves de matière, qui ne soient l'expression intime de notre sensualité.

Ainsi en est-il de la densité pendante et oscillante des épis femelles de la laîche faux-souchet, sous la flexibilité courbe de la ligne des feuilles, de la tige et du filiforme épi mâle. Il faut s'imaginer la tête du bébé chaudement baignée sous la pesanteur mamellaire au moment de la tétée... c'est toute la densité molle du sein nourricier qui fait pression sur son petit visage et lui imprime un bonheur si sûr qu'il ne l'oubliera jamais.

La laîche faux-souchet : Carex pseudocyperus Linné, participe des beaux grands carex coupants qui constituent les cariçaies des bordures d'étang et des taillis tourbeux de l'Indre. Ses gerbes décombantes, d'un vert clair et gai, sont une des merveilles de la nature à portée de nos yeux. Il suffit de chausser les bottes, et de s'approcher... Les feuilles carénées apparaissent à l'oeil nu, et surtout au toucher. La « carène botanique », joli mot issu du latin « carina » : coquille de noix, coque de navire, s'observe aussi à la loupe sur la glume (ou écaille) des utricules. Glume femelle carénée à longue arête dentée, utricule à bec à deux dents, réfléchi à maturité, le tout conférant cet aspect superbement hérissé aux épis femelles... ce qui ne raye en rien nos rêves de douces et chaudes oscillations mamellaires.

 

Chronique NR du 5 juin 2008



07/06/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres