Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

Le Cèpe de Bordeaux

Le Cèpe de Bordeaux

Photo Yvan Bernaer

 

La réputation du Cèpe1 de Bordeaux n'est plus à faire. Il est sûrement le champignon comestible le plus populaire qui soit, celui qui fait le plus courir les bipèdes dans les bois automnaux.

Mais qui le connaît vraiment ? Qui le distingue à coup sûr de ses trois congénères2 : le Cèpe d'été, le Cèpe bronzé, le Cèpe des pins ?

Le Cèpe de Bordeaux : Boletus edulis Bulliard : Fries, est sous le signe d'une quadrille de caractères subtiles – parfois évanescents et insaisissables, mais dont l'un deux suffit souvent à révéler l'identité de notre champignon : un chapeau gras au toucher, doté d'un liseré blanc sur le pourtour, une chair brunâtre-vineuse sous la cuticule, et un réseau – sorte de filet de pêche – apposé et localisé en haut du pied.

-       Dîtes-moi... pourquoi s'appelle-t-il le Cèpe de Bordeaux ?

-       Pour l'huile d'olive, voyons !... il n'est pas de ceux qui se laissent cuisiner au beurre !




1    André Marchand – exégète des mots autant que mycologue – nous éclaire sur le mot cèpe :

          La notion de cèpe répond à deux critères : la haute comestibilité de la chair et la puissance du pied. Dans notre langue, le mot latin cippus a donné cippe : stèle, cep (de vigne), cèpe (bolet), et ces mots, à divers titres, évoquent un corps cylindrique important, tronc ou colonne, c'est-à-dire un pied volumineux en ce qui concerne les champignons.

2    Voir ci-dessus : Le baromètre des champignons.



31/10/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres