Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

Le Meunier

Le Meunier

 

Photo Yvan Bernaer

Le Meunier ou Clitopile petite-prune se reconnaît comme une mère reconnaît son enfant. Quelque chose de mignon, de rondelet et de laiteux émane irrésistiblement de ce petit champignon. Quand il est frais et humide, on dirait vraiment le visage d'un bébé, assoupi sur le sein maternel, saoul de la tétée qu'il vient de prendre, les lèvres et les joues encore tout humectées de lait. Et ce n'est pas son odeur de farine fraîche, de pâte à tarte, ni son qualificatif de petite-prune – issu de l'italianisme prunulus désignant tous les petits champignons comestibles – qui viennent contredire son aspect trognon et craquant.

… Comme une mère reconnaît son enfant... disions-nous... car le Meunier : Clitopilus prunulus (Scopoli : Fries) Kummer, est de détermination délicate. Il ressemble à plusieurs champignons fortement toxiques, et sa consommation passe par le franchissement d'un palier en mycologie.

Son parfum réjouit tous les nez lors des promenades mycologiques... arrache aux participants des exclamations heureuses, embaumées de souvenirs de fragrances pâtissières.

Mais l'odeur de farine est omniprésente dans le domaine des champignons. Plus de deux cents d'entre eux prétendent à l'exhalaison farineuse – laquelle se décline en de multiples nuances quantitatives ( de faible à puissante, de fugace à persistante), et qualitatives : odeur de farine fraîche, rance, moisie, aigre, fétide, nauséeuse, à composante herbacée... ou mêlée à un parfum fruité, de jacinthe... voire de cacao.



23/11/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres