Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

Le Vulpin genouillé

 

Photo Yvan Bernaer



 Le genou botanique ne peut se passer du coude. Presque toutes les définitions en témoignent. Citons celle de Bernard Boullard, synthétique entre toutes :

genouillé ou géniculé : se dit d'un organe brusquement coudé (parfois plusieurs fois) en forme de genou ; au niveau de cette articulation, se situe régulièrement un renflement.

L'organe en question peut être une arête – telle celle des épillets de l'Avoine élevée, genouillée-tordue et longuement exerte... ce qui lui donne l'air de danser dans le ciel à contre-soleil. Ce peut être aussi un rhizome, tel celui du Sceau de Salomon, du nom générique de Polygonatum (du grec polus : nombreux, et gonu : genou – lui-même à l'origine de gônia : angle). Ce peut être enfin la tige, comme en témoignent le nom savant des renouées (Polygonum), les appellations vernaculaires de la Stellaire graminée (la Genouillée) et de la Spargote des champs (la Genouillère), ou le nom de notre petite graminée : le Vulpin genouillé : Alopecurus geniculatus1 Linné (du latin geniculatum : petit genou) ; son chaume est couché à la base, puis genouillé-ascendant.

Si par chance un jour, en quelque queue d'étang brennoux, parmi un marécage ou sur un lit de vase, votre regard aigu tombe sur les charmantes petites massettes serties d'étamines blanches ou rousses... vous en tomberez à genou...

 

(9 mai 2013)

 

1 - Les différences entre Alopecurus geniculatus et Alopecurus æqualis sont ténues, et pour comble de difficulté, ces deux graminées partagent les mêmes milieux.

La plus probante est la dimension de l'arête : 2-3 mm de longueur chez Alopecurus geniculatus (elle dépasse assez longuement la lemme), inférieure à 1 mm chez Alopecurus æqualis (elle est égale à la lemme ou la dépasse à peine, ce qui justifie l'épithète æqualis : égal).

Notons les autres différences :

Chez Alopecurus geniculatus, la panicule spiciforme est sensiblement plus large (elle atteint 5 mm de largeur) ; l'arête est genouillée et insérée sur le quart inférieur de la lemme ; les anthères, nettement plus longues que larges (L = l x 3 ou 4), sont blanchâtres à roussâtres.

Chez Alopecurus æqualis, la panicule spiciforme est plus étroite (elle ne dépasse pas 3 mm de largeur) ; l'arête est droite et insérée au milieu de la lemme ; les anthères, seulement deux fois plus longues que larges (L = l x 2), sont rouge-orange.



20/05/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres