Archives Fonge et Florule

Archives Fonge et Florule

Phlebia radiata

Des veines dans les champignons

 

Photo Yvan Bernaer

 

Les mycologues ont abondamment puisé dans le langage du corps pour nommer ou décrire les champignons. Les veines participent de ce florilège lexical.

Voyons d'abord ce que nous en dit le mycologue Marcel Josserand :

« veine : ornement en forme de veine, donc plus ou moins sinueux et pouvant comporter des ramifications et des anastomoses, marqué à la surface d'un organe par un léger relief ; parfois aussi simplement par une teinte différente de celle du fond. »

En dérivent les mots « veiné, veinule, veinulé ».

Notre champignon incrustant, céracé tendre puis induré, orange pâle à orange vif, fut nommé Phlebia radiata Fries, en raison de ses plis radiants qui prennent des teintes violacées et offrent quelque ressemblance avec un faisceau de veines (du grec « phlebos » : veine). En fait, il évoque plutôt des boursouflures de chair ou l'intérieur de l'oreille d'un chat !

Cette étymologie grecque fut utilisée pour baptiser d'autres champignons, tels Pluteus phlebophorus (porteur de veines sur le chapeau), Phlebopus (sous-genre de bolets tropicaux à pied veiné), ou encore Phlebonema (inocybes à voile veiné). Le latin « venosus » (veiné) n'est pas en reste. On le retrouve, entre autres, chez une russule, une helvelle, un Stereum et un entolome.

La phlébie rayonnante est un champignon que l'on peut découvrir dans l'Indre, sur les troncs morts ou vivants, les souches, où elle se mêle aux mousses, aux lichens et à l'humus. Il suffit de flâner, d'observer... et d'avoir un peu de veine !

 

Chronique NR du 7 février 2008



23/02/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres